élections municipales le 15 mars 2020
Patricia Lasnier-Bina (Institutrice en retraite)
< La vision sans l'action est un rêve éveillé, mais l'action sans la vision est un réel cauchemar >

Je vous remercie toutes et tous de vous être déplacés aussi nombreux pour assister à la présentation de notre liste et de nos engagements en vue des élections municipales des 15 et 22 mars prochain.

Après quelques semaines de suspens et de diverses supputations, l’heure de vérité est arrivée :

J’ai choisi, en accord avec mes colistiers, de prendre la tête de cette liste intitulée « Semur-en-Auxois au cœur, une ville à vos côtés »

Pourquoi Semur au cœur ? Nous avons tous dans cette liste, que nous soyons semurois de naissance ou d’adoption, un lien affectif très fort avec Semur, nous voulons le meilleur pour notre Ville et pour tous ses habitants.

Nous voulons faire vivre tous les habitants les uns avec les autres, et non pas les uns à côté des autres. Créer ce lien inexistant entre les gens et entre les quartiers est une condition sine qua none pour créer un sentiment d’appartenance à Semur afin que tous se sentent semurois et portent aussi Semur au cœur.

Nous voulons remettre Semur au cœur de la Communauté de Communes afin qu’elle devienne une ville écologique, dynamique et solidaire.

Je vais rappeler qui je suis. Âgée de 63 ans et je suis semuroise de naissance, de parents eux-mêmes semurois.

J’habite depuis 40 ans rue des Alouettes. J’ai 4 enfants, un fils âgé de 40 ans et 3 filles de respectivement 37 ans-27 ans et 24 ans qui m’ont donné 4 petits-enfants et 2 autres qui naîtront dans le courant de l’année. Deux de mes petites-filles fréquentent les écoles du Rempart, primaire et maternelle. Il est fréquent de m’y voir les attendre comme on dit, « à l’heure des mamans ».

Ma carrière professionnelle se résume en deux mots : enseignement et enfants ;

De l’âge de 18 à 49 ans, j’ai été institutrice de maternelle, puis professeur des écoles, entre autres à la maternelle du Rempart.

J’ai décidé ensuite de prendre ma retraite et de me consacrer à l’accueil d’enfants en rupture de parcours. Depuis 2005, nous accueillons avec mon mari des enfants placés par l’Aide Sociale à l’Enfance du Département.

A ce jour, nous avons accueilli, à temps plein ou en relais, une quinzaine d’enfants. Nous avons gardé le contact avec la plupart d’entre eux et ils sont encore 3 à vivre en permanence avec nous.

Ceci pour vous montrer la nature et le sérieux des engagements que je peux prendre au service des autres et notamment de ceux que la vie n’a pas épargné.

Parce que solidarité, empathie, bienveillance et compassion ne peuvent pas être de vagues concepts enfouis dans un coin de notre conscience, mais doivent être portés chaque jour avec beaucoup de régularité et de constance si on veut faire évoluer le vivre ensemble dans une société de plus en plus brutale.

Le parallèle entre le métier d’enseignant, que j’ai exercé plus de 30 ans et la fonction de maire est évident.

L’enseignant doit accompagner ses élèves pour qu’ils progressent, qu’ils acquièrent de l’autonomie et pour qu’ils deviennent des citoyens à part entière. Le maire, lui, doit accompagner ses concitoyens afin qu’ils puissent vivre sereinement et puissent s’épanouir dans leur ville.

L’enseignant doit composer avec ses élèves en tenant compte de leur sensibilité, de leur histoire, de leur bagage émotionnel et culturel.

Le maire doit faire de même avec ses administrés ; cette prise de conscience est nécessaire dans sa vision pour sa ville et ses habitants.

L’enseignant, tout comme le maire, doivent avoir une empathie sincère et une qualité d’écoute indispensables au dialogue. Le maire doit apporter des solutions concrètes et trouver un point d’équilibre entre la satisfaction des besoins personnels, quels qu’ils soient, et la préservation de l’intérêt collectif : c’est l’essence même de la mission de service public qui doit animer et guider l’action d’un maire. C’est ma façon de voir les choses, ma vision de la politique.

Et puis le mot maire est l’anagramme d’aimer : j’aime Semur, c’est ma ville de naissance et je veux le meilleur pour elle et ses habitants, mes concitoyens.

Mon implication dans la vie municipale semuroise …, j’ai l’impression d’avoir toujours baigné dedans.

Avec un père conseiller de Robert Morlevat quand j’avais 8 ans, ce fut mon environnement quotidien pendant 3 mandats, de 1965 à 1983.

 

Dès le plus jeune âge, j’ai toujours entendu parler de la ville de Semur et des projets pour la développer.

Une première participation sur une liste en 1989 et puis j’ai enchaîné les mandats à partir de 1995, conseillère municipale d’opposition de 1995 à 1997, adjointe en charge de la Culture de 1997 à 2008, puis à nouveau conseillère municipale d’opposition de 2008 à 2014.

J’ai vu Semur se développer, tant en matière d’habitat, de culture, de tourisme…  Je l’ai vu rayonner au sein de l’Auxois puis tomber progressivement à partir de 2014 dans une léthargie dont elle ne semble plus pouvoir sortir.

En 2014, candidate sur une liste arrivée en 3ème position, nous avons fait le choix unanime de faire obstacle à la liste du sortant de l’époque. Nous avons donc demandé à nos électeurs de soutenir l’équipe de la maire actuelle, ce qui lui a permis d’accéder à la fonction de maire en prônant un discours de calme et d’apaisement.

Nous avons aussi décidé de la laisser travailler, sans mots dire, avec quelques colistiers en veille qui suivaient les conseils municipaux.

Spectateurs silencieux pendant 6 ans, il est maintenant temps pour nous de faire le bilan. Sans vouloir paraître irrespectueuse, je pense pouvoir dire qu’il n’est pas brillant.

A force de vouloir le calme et de le clamer haut et fort, tout le monde s’est endormi. Le calme est souvent synonyme de manque de dynamisme et d’envie, d’une appétence à “s’endormir sur ce que l’on croit être ses lauriers” si on peut dire ; à se contenter d’un petit entre-soi entre semurois du centre historique.

Ce soir, je vous présenterai la composition de l’équipe de femmes et d’homme qui m’accompagnent. Je sais que vous êtes nombreux à être venu par curiosité. C’est bien normal à moins de 3 semaines d’un premier tour qui sera l’unique tour … s’il n’y a que 2 listes.

Mon équipe partage le même constat sur le mandat qui s’achève. Nous vous l’avons écrit dans notre invitation. Je vais y revenir.

Mais ce qui est essentiel pour moi ce soir, c’est de vous faire partager notre projet avec ses cinq priorités. Il vous sera détaillé dans notre prochaine publication ce week-end prochain.

Je souhaite maintenant vous faire part de ce qui nous choque le plus dans l’exercice du mandat qui s’achève.

 

Pour commencer, parlons de la situation financière de la Ville. Elle s’est fortement dégradée avec une augmentation des charges de fonctionnement de plus de 530.000 euros les 3 premières années de mandature alors même que la maire sortante, quand elle était élue d’opposition, dénonçait l’augmentation de 164 300 euros au cours de la précédente mandature de 2008 à 2013.

Que dire aussi de cette façon qu’a la municipalité de reprendre à son compte tout ce que les associations culturelles et sportives initient ? De se plaindre sans cesse de la difficulté de la tâche et de décider de rien, si ce n’est de ne pas décider. Bien sûr, le tissu associatif semurois est très important et de nombreuses manifestations émergent régulièrement.

Le citoyen extérieur à Semur peut avoir l’impression que beaucoup de manifestations s’y déroulent. Mais rendons à César ce qui lui appartient !!

Combien de manifestations sont réellement initiées et portées par la Ville ? Quelle contribution apporte-t-elle ? Est-ce que toutes les associations sont aidées de manière équitable ? Quand on voit la frilosité de la Maire à s’engager pour aider certaines associations qui ont progressé dans leurs nombres d’adhérents et qui sont à l’étroit dans leurs locaux, on se dit qu’il y a loin entre les belles paroles et les actes… Qu’en est-il de toutes les promesses faites en 2014 ?

Combien reste-t-il d’adjoints et de conseillers municipaux réellement actifs ?

Posons-nous la question : sur les 21 élus, combien sont encore présents au quotidien ? Et puis peut-on se targuer d’avoir renouvelé son équipe à moitié, quand on sait d’une part que c’est parce que la moitié n’a pas souhaité repartir avec la sortante et d’autre part que ce sera donc une moitié de nouveaux conseillers, pour la plupart totalement ignorants des rouages de l’action publique…

La maire sortante se plaint très souvent auprès de ses différents interlocuteurs de la lourdeur de la charge, disant fréquemment “ Oui, je sais, vous avez raison mais …. C’est difficile vous savez !!!”. Difficile de devoir travailler ? Difficile de ne pas être suffisamment entourée ?

J’ai envie de lui dire “ Si c’est si difficile pourquoi se représenter ? Pourquoi vouloir être encore aux responsabilités lorsqu’on exècre la prise de décisions ?

On ne peut pas sans cesse ménager la chèvre et le chou. Il faut savoir trancher et le Maire est là pour porter, faire appliquer et expliquer les décisions prises par son conseil.

Le Maire et ses adjoints doivent être des moteurs. Ils doivent initier des projets, ne pas se contenter d’être le bureau d’enregistrement des projets des autres.

On a l’impression que depuis 6 ans tout ce qui n’est pas fait par les autres (communauté de commune ou associations) a été petit à petit abandonné.

J’en veux pour preuve l’article du BP du 5 février qui titrait « les 3 projets immobiliers qui vont marquer 2020 à Semur » mais pour lesquels la mairie n’a encore une fois rien initié :

– La résidence séniors « Vie la bella des Croisettes » : une SCI privée

– Un nouveau lotissement : Orvitis

– La résidence service séniors saint Benoit pour laquelle rien n’est encore fait ni en voie de l’être.

Évidemment ce n’est pas donné à tout le monde de pouvoir fédérer et rassembler autour de soi, de mettre un groupe au travail surtout quand on réunit des personnes qui ne partagent pas toutes le même intérêt pour la chose publique.

Sur ma méthode de travail, elle sera radicalement différente.

Étudier, décider et agir pour avancer grâce à une équipe qui travaille pour Semur.

Nous ne pouvons pas penser développement de Semur en ignorant la scission qui existe entre le centre historique et les autres quartiers, pire en l’entretenant.

La municipalité doit-elle s’appuyer sur le seul Espace socio-culturel pour mener des actions dans certains quartiers ?

Ne doit-elle pas être à l’origine des actions et donner l’impulsion ?

Un semurois est un semurois quel que soit le quartier où il réside. Chacun doit pouvoir être écouté, entendu et associé à la vie communale à la mesure de ses possibilités et de ses envies.

Semur fait dorénavant partie, comme vous devez le savoir, de la Communauté de Communes des Terres d’Auxois qui regroupe les anciennes intercommunalités de Semur, Précy et Vitteaux ;

La commune de Semur y est représentée par 18 conseillers municipaux ??? – 14 de la majorité et 4 de la liste d’opposition de Mr Guyénot. Quoique maintenant peut-on réellement parler de conseillers d’opposition ? Le jeu des chaises musicales est le passe-temps favori de cette mandature. Certains conseillers de l’opposition se sont retrouvés dans la majorité ; de ce mouvement est née une scission dans la majorité de la maire sortante qui a donné naissance à une nouvelle opposition …. Difficile à suivre…. Beaucoup de fissures dans la majorité comme dans les bâtiments de certains groupes scolaires. Mais j’y reviendrai.

De nombreuses compétences ont été transférées et on a l’impression que les principaux acteurs aux manettes de la Ville en sont satisfaits, une charge de travail en moins….

Mais je le dis haut et fort : le travail du Maire et de son équipe ne doit pas se résumer à de la figuration dans les manifestations initiées par les nombreuses associations très actives.

Il faut siéger régulièrement dans toutes les instances, principalement à la Communauté de Communes des Terres d’Auxois et y défendre les intérêts notre commune et de ses habitants.

Rappelons-nous aussi, qu’après une élection comme présidente du Pays d’Auxois, la maire sortante a été tellement efficace qu’elle n’a pas été reconnue par ses pairs et a perdu cette présidence au profit de Patrick Molinoz, maire de Venarey-les Laumes;

J’aimerais maintenant parler de la Culture ; c’est un sujet qui m’est cher puisque, comme je vous l’ai dit, j’ai été adjointe chargée de la culture pendant 11 ans.

On peut se réjouir de la réfection de notre théâtre. Il avait été fermé par son prédécesseur … faute de travaux de mise aux normes. Un dossier de rénovation a été présenté. Élue d’opposition à l’époque, la maire sortante dénonçait le budget colossal qui y était consacré. On pouvait s’attendre à ce qu’elle le retravaille. Et bien non. Il a été réalisé comme prévu par son prédécesseur.

Le théâtre, c’est un des joyaux de la ville : c’est un des plus petits théâtres à l’italienne de France. Il possède une acoustique extraordinaire à ce qu’ont dit les nombreux artistes qui s’y sont produits par le passé.

Mais sa programmation … personne ne sait ce qui s’y passe : pas de plaquette saisonnière, pas de dépliant trimestriel, un petit article dans le journal, souvent après la manifestation …

Des concerts de musique classique de qualité initiés par des associations, et puis Mario Kart et un festival de magie au mois de décembre, marchant pour ce dernier spectacle sur les plates-bandes d’une association caritative qui avait initié ce genre de spectacle !!

Aucune ligne directrice malgré l’embauche d’une personne chargée de la programmation et de la gestion courante du théâtre. On note des dates de ci, de là ; on se satisfaisait de l’entre-soi avec les « zamis…. », on est tellement bien ensemble … sans les autres.

L’office municipal de la Culture qui existait il y a plus de 12 ans,  et pour lequel la liste sortante réfléchissait à créer une structure similaire, avait le mérite de regrouper et fédérer de nombreux artistes ou acteurs de la culture. Il faisait une programmation annuelle diverse et variée, avec le souci d’amener au théâtre des personnes qui n’ont pas l’habitude d’y aller, en plus des habitués. Il éditait une plaquette trimestrielle distribuée chez tous les commerçants et dans toutes les boites aux lettres semuroises. Tout cela dans le cadre d’une convention d’objectif et de moyens avec la commune. Du travail, certes, mais qui était payant puisque la fréquentation était en hausse régulière au fil des années avec une fréquentation moyenne qui était passée en 10 ans de 70 spectateurs qui payaient tous leur entrée, (maire, adjoints et conseillers municipaux compris), à près de 200.

Rien de tout cela n’a été créé, malgré les promesses de campagne… pourquoi ne pas avoir choisi de faire confiance aux nombreux acteurs locaux compétents en ce domaine ?

Pas non plus, comme annoncé, de commissions extra-municipales … cela demande du travail d’organisation. Il est plus facile de gérer et décider à 3 ou 4 sur un coin de bureau et de faire avaler la pilule à sa majorité.

Je prendrai aussi l’exemple de la Fête de la Musique, où tout l’Auxois-Nord se pressait il y a plus de 12 ans aussi. J’ai même le souvenir d’une année où on ne pouvait plus circuler dans la rue Buffon qui était noire de monde.

Il faut dire que quelques mois auparavant, nous prenions la peine d’envoyer des courriers à tous les musiciens susceptibles de participer, à tous les cafetiers et restaurateurs. Nous coordonnions les diverses propositions, les différents lieux, les différentes heures. La Fête de la Musique était un succès.

Cela demandait certes du travail ; aujourd’hui on a le sentiment que la municipalité actuelle n’aime pas s’investir, initier des projets et les mener à terme.

Pour en finir sur la partie animation, que dire des animations pour Noël ? De toutes les réunions faites en amont par la mairie et l’UCIAL ?

La mairie n’a sur ce sujet encore rien initié, heureusement un généreux donateur a participé à hauteur 10 000 euros. Là, une fois de plus, on voit que sans réflexion commune, on n’arrive à rien. Les rares chalets et animations étaient là posés sans lien les uns avec les autres…. pas de fil conducteur, peu de visiteurs. Une belle plaquette certes, mais une coquille vide.

J’ai assisté samedi 4 janvier aux vœux de l’équipe en place, une cérémonie ennuyeuse où la maire sortante a fait une présentation non ordonnée, sans fil conducteur de tous “ les grands moments de la vie semuroise”, une sorte d’inventaire à la Prévert !!

Un monologue comme ceux qui prévalaient en conseils municipaux ; ces derniers étant une chambre d’enregistrement sans beaucoup d’échanges. Avec certains conseillers quasiment toujours absents et pas remplacés. Pour en finir sur les conseils municipaux, la plupart des dossiers étaient mal ficelés, à peine connus des rares intervenants.

J’en reviens à la cérémonie des vœux. Quand est arrivé le moment des propos sur les écoles, je me suis dit : “on va finir par avoir les photos du changement d’ampoules dans les salles de classe, tellement les propos étaient des propos de détails qui ne permettent pas de savoir où elle veut aller” …. mais c’est difficile ….

A l’école de Champlon, on colmatera les fissures ! Quel programme !

Aucun mot de l’étude à 50 000€ qui a été faite concernant les écoles ; aucun rapport sur les conclusions et aucun projet !! le rapport conclurait-il à un regroupement des écoles, sujet délicat entre tous, surtout pour des personnes qui ne savent pas décider… ? Dans le doute, on peut émettre cette hypothèse sinon pourquoi dépenser tout cet argent public et ne pas se servir de la conclusion ?

Par contre grand moment, quand concernant la Collégiale, je me suis prise à espérer que les travaux de rénovation arrêtés en 2008, mais souhaités et proposés par l’architecte des Bâtiments de France, allaient enfin reprendre. Une bonne nouvelle ! mais rien de cela si ce n’est d’annoncer qu’elle allait s’occuper des cloches, plus précisément de la cloche Louise. Sans revenir sur le jeu de mots, cela résume bien les 6 ans de mandat : on saupoudre, on ventile, on jette un peu de poudre aux yeux ; on fait croire que … et finalement on se contente d’un train-train routinier qui nous fait faire du sur-place.
Aucun mot concernant l’article paru dans le Bien public de janvier 2019 sur la vente des bâtiments communaux sous le titre “ Ces biens immobiliers que la mairie se résout à vendre “ et pourtant les nombreuses ventes du patrimoine communal étaient dénoncées par la maire sortante quand elle siégeait dans l’opposition.

Pour mémoire, ont été vendus ou en projet de l’être

  • Foyer Simon : 402.500 euros
  • Maison Dubois : 150.000€
  • Immeuble rue Mouchot : 120.000€
  • Deux appartements villa Rameau : 117.200€
  • Un domaine de la Nièvre :144.000€
  • La moitié du bâtiment de la Gare :180.000€ (vente à la communauté de communes)

Le tout pour la somme de 1,5 M€ si on ajoute la vente des terrains cédés en zone industrielle à la Communauté de Communes

Mais où est passé cet argent ? Aucun investissement visible ! Aurait-il servi à équilibrer un budget de fonctionnement déficitaire, plombé par les charges de fonctionnement ? Faute d’explication, tout peut être envisagé.

Ce qui est sûr, c’est qu’un audit sera nécessaire pour connaître l’état exact des finances de la Ville et il n’est pas impossible que nous ayons de mauvaises surprises….

La liste sortante avait d’ailleurs parlé de faire, elle aussi, un audit à son arrivée en 2014. A t’il été fait ? Si oui, quelles en ont été les conclusions ? Elles n’ont en tout cas jamais été dévoilées aux semurois.

Le seul point positif dont la municipalité peut s’enorgueillir, c’est la maison de santé. Cette maison était bien nécessaire dans notre région, touchée comme beaucoup d’autres par le manque de médecins libéraux.

Et on ne peut que se réjouir de voir à priori 4 médecins généralistes s’y installer ainsi que de nombreux autres professionnels.

Mais que dire de la méthode ? Du temps perdu par les professionnels de santé pour que le projet puisse aboutir, tant l’indécision était grande.

Que dire aussi de la vente des deux appartements municipaux face à la Maison de Santé, qui auraient pu être utiles pour loger des professionnels remplaçants et de la demande qu’a faite ensuite la mairie au centre hospitalier pour loger les futurs remplaçants ? On voit bien qu’il n’y a aucune cohérence…

Hésiter, atermoyer, tergiverser sont les maitres-mots du processus de décision.

Et quand les décisions sont enfin prises, il faut monter les dossiers de subvention … c’est encore difficile !

On comprend mieux pourquoi il n’y a eu que peu de réalisations….

Je ne m’étendrai pas sur la réfection du mur de soutènement de la rue du Donjon devant lequel la Maire sortante pose fièrement pour le lancement de sa candidature aux municipales ; entre nous soit dit, quelle idée de poser devant ce mur !! Est-ce par hasard, à ses yeux, la plus belle réalisation du mandat de ? Si c’est le

cas, je pense comme vous certainement que c’est bien triste .

Quoiqu’il en soit, la procédure judiciaire engagée après l’effondrement a été stoppée par la ville, qui a décidé de prendre à sa charge l’ensemble des travaux. Pourquoi avoir poursuivi dans ce choix fait par la liste précédente, un choix qui a impacté encore une fois fortement le budget de la commune ?

Je terminerai mon inventaire qui n’est pas exhaustif naturellement par

  • L’état des rues qui se dégradent ; là encore pas d’échéancier pluriannuel, aucune vision d’avenir, on satisfait ceux qui se plaignent le plus fort.
  • Les herbes qui poussent entre les pavés et ailleurs et donnent aux visiteurs une piètre image de la ville alors que même sans l’emploi de produits dangereux, il existe des alternatives qui fonctionnent, encore faut-il chercher des solutions …
  • Le nouveau skate-park installé plaine de jeux de la Saussiotte (une des rares réalisations faites dans un quartier hors du centre historique) qui n’a pas pu être inauguré car les riverains menaçaient de manifester le jour de l’inauguration à cause des grandes nuisances sonores ; une manifestation de riverains contre la municipalité en période électorale, vous imaginez le désordre !! Mais ce n’est pas en pratiquant la politique de l’autruche qu’on résout les problèmes et qu’on fait avancer les choses. Et c’est plus facile d’aller inaugurer un city stade à Époisses que d’affronter des riverains mécontents….
  • A noter également une vraie attente des professionnels de la zone industrielle qui déplorent le manque d’interlocuteurs réels de la municipalité.
  • Que penser du problème du stationnement au centre-ville? Jamais une telle pagaille n’a existé…des voitures dans tous les sens sur la place de l’église et dans la rue Buffon, censée être piétonne.

Et je pourrais citer encore de nombreux exemples ….

Mais cessons de parler du passé et revenons au présent et à notre équipe et notre projet !

Mon équipe regroupe d’anciens colistiers, des gens d’expérience qui, pour certains, ont fait le choix de laisser la place à des plus jeunes, et (ou) à des nouveaux qui souhaitent tous s’investir et travailler avec envie et dynamisme pour notre belle ville. Nous avons construit notre programme tous ensemble. Un réel esprit d’équipe nous anime.

Je peux vous affirmer qu’ils auront tous à cœur de redonner l’impulsion nécessaire pour sortir Semur de sa léthargie. Pour lui redonner sa place de perle de l’Auxois.

Après la présentation de chacun de mes colistiers, je vous donnerai les grands axes de nos engagements pour Semur.

Je vais terminer mon propos par un proverbe japonais que je vous laisse m

éditer …

« La vision sans l’action est un rêve éveillé, mais l’action sans la vision est un réel cauchemar ».

Allions donc vision et action pour offrir le meilleur aux Semurois et semuroises, ils le méritent.

Je vais maintenant vous présenter mes 26 colistiers, 13 femmes et 13 hommes, dans l’ordre alphabétique. L’ordre de la liste vous sera donné au cours de notre prochaine réunion et vous pourrez le découvrir, comme je vous l’ai dit, dans le document qui sera distribué dans toutes les boites aux lettres semuroises samedi 29 février.

Chacun de mes colistiers va se présenter à vous.

 

Voir les présentations individuelles de chaque candidat.

 

Vous l’avez bien compris, je vous propose

  • Une maire,
  • Une équipe,
  • Un projet avec cinq priorités .

Notre prochaine réunion d’avant premier tour, le jeudi 12 mars dans cette même salle à 20h permettra de débattre du projet.

Mais je souhaite vous en présenter les grandes lignes

Une ville à votre écoute et qui décide

  1. ,

C’est un changement radical de méthode s’impose :

  1. Des élus plus proches des semurois au quotidien, plus abordables et surtout tous plus présents en mairie
  2. Des binômes adjoint/conseiller délégué dans chaque domaine
  3. Des commissions municipales ouvertes, comme je l’ai déjà dit, afin que chaque semurois qui le souhaite puisse être acteur des choix faits pour la ville.
  4. Des élus qui décident, de manière juste sans faire de clientélisme
  5. Une ville participative qui prend en compte les besoins de tous les quartiers et de toutes les composantes de sa population.
  1. Une ville engagée face aux enjeux du climat et de la biodiversité

Semur, ville soucieuse de son environnement écologique, une ville qui mettra en œuvre une politique de développement durable, une ville engagée face aux enjeux du climat et de la biodiversité.

Parce que la prise de conscience écologique ne se décrète pas, mais se construit, notre ville doit être le moteur d’une dynamique collective. Elle se doit donc d’être exemplaire.

Une dizaine de mesures vous seront proposées dans un premier temps, mais les connaissant, je suis sûre que l’adjoint et son conseiller délégué, accompagnés de la commission ouverte aux semurois qui en feront la demande, auront à cœur de nous proposer de nouvelles idées pour faire vivre au mieux ce thème dans notre belle ville.

  1. Une ville solidaire pour mieux faire société

Parce que la relation que la municipalité tissera avec tous ses habitants permettra de transformer Semur en une véritable ville solidaire.

Au préalable, il faut s’assurer que chacun vit dignement et pour arriver à créer une véritable cohésion sociale, les semurois doivent être débarrassés au maximum des préoccupations d’ordre matériel.

Car on ne peut pas faire société, vivre bien avec les autres, si on n’est pas bien dans sa vie de tous les jours, des mesures concrètes en direction du plus grand nombre seront proposées : pour les élèves des écoles, les jeunes, les étudiants, les personnes fragiles ou en situation de handicap et les aînés.

  1. Une ville et des élus qui pèsent dans les structures intercommunales

Parce que le fait d’être dans la communauté de communes des Terres d’Auxois doit être considéré comme un atout, et non comme une entrave, les élus doivent tous siéger assidûment et être partie prenante dans toutes les commissions qui y sont proposées ; ils doivent être forces de propositions et nos spectateurs passifs.

La culture et le tourisme sont des atouts indispensables à ce rayonnement en Auxois et nous nous attacherons à les développer l’un et l’autre au mieux.

  1. Une ville qui ose pour vivre pleinement le XXIe siècle

Il est intimement lié au thème précèdent, parce qu’une ville qui rayonne est automatiquement une ville attractive, qui attire tant par son offre culturelle que touristique, par sa qualité de vie.

Le commerce peut ainsi en tirer bénéfice et en être redynamisé.

Il faut absolument rompre cette mauvaise spirale dans laquelle la ville est enfermée, la sortir de la léthargie dans laquelle elle est plongée depuis plus de 10 ans, lui offrir un nouveau projet d’avenir porté par des élus travailleurs et passionnés.

Je vous remercie tous pour votre attention. La campagne officielle aura lieu à partir de la semaine prochaine, du lundi 2 mars au samedi 14 mars minuit.

Nous vous retrouverons le jeudi 12 mars, comme je vous l’ai dit, afin de vous détailler notre programme qui, entre temps, aura été distribué dans toutes les boites aux lettres semuroises.

Si nous vous avons convaincu de notre désir et de notre envie de faire le mieux pour Semur, soyez nos ambassadeurs auprès de vos voisins, de vos amis, de vos relations.

Après avoir vécu 6 ans d’obscurantisme, puis 6 ans d’immobilisme, choisissez notre dynamisme !!

Semur a plus que jamais besoin d’avoir une équipe unie, soudée, sérieuse et travailleuse.

Une équipe qui dit ce qu’elle fera et qui fera ce qu’elle dit.

Je vous souhaite une bonne soirée !!