Patricia Lasnier-Bina passe à l’offensive pour sa campagne

Mardi soir, devant près de 200 personnes, Patricia Lasnier-Bina a présenté sa liste “Semur-en-Auxois au coeur”, qu’elle va conduire pour les élections municipales des 15 et 22 mars. La candidate au fauteuil de maire veut « sortir la ville de sa léthargie ». Le ton de sa campagne est donné.

On connaît désormais une deuxième tête de liste à Semur-en-Auxois. Il s’agit de Patricia Lasnier-Bina. La Semuroise de naissance de 63 ans a siégé au conseil municipal de 1995 à 2014 en tant qu’élue de l’opposition et adjointe déléguée à la culture.
Mardi soir, lors de la première réunion publique de sa liste “Semur-en-Auxois au coeur”, Patricia Lasnier-Bina a prononcé un discours piquant. Sa cible était l’équipe municipale sortante, menée depuis 2014 par Catherine Sadon.
Un flot continu de critiques
« J’ai vu Semur rayonner au sein de l’Auxois puis tomber progressivement à partir de 2014 dans une léthargie dont elle ne semble plus pouvoir sortir », a reproché la candidate.
Ce tacle a été suivi par un flot continu de critiques où on a pu reconnaître, entre autres, la plume de Michel Neugnot, ancien maire PS de Semur (1997-2008). Il a d’abord été question de « la situation financière de la Ville, qui s’est fortement dégradée avec une augmentation des charges de fonctionnement de plus de 530 000 € les trois premières années de mandature ».
Elle promet « une méthode de travail différente »
« Que dire aussi de cette façon qu’a la municipalité de se plaindre sans cesse de la difficulté de la tâche et de décider de rien », a poursuivi Patricia Lasnier-Bina, qui a promis, de son côté, « une méthode de travail radicalement différente ».
La tête de liste a posé plusieurs questions rhétoriques, dont celle-ci : « Peut-on se targuer d’avoir renouvelé son équipe à moitié quand on sait que c’est parce que la moitié n’a pas souhaité repartir avec la sortante ? »
Moyenne d’âge de 54 ans
Ses 26 colistiers se sont ensuite présentés. Dans cette « liste de large
rassemblement », on y trouve des socialistes, des écologistes, des gens de droite et d’autres sans appartenance politique. La moyenne d’âge est de 54 ans.
Le projet de “Semur-en- Auxois au coeur” comporte cinq priorités. Les grandes lignes sont « une ville qui écoute et qui décide », « une ville engagée face aux enjeux du climat et de la biodiversité », « une ville solidaire pour mieux faire société », « une ville et des élus qui pèsent dans les structures intercommunales » et « une ville qui ose pour vivre pleinement le XXIe siècle ». Un document détaillant le programme sera distribué, samedi 29 février, dans les boîtes aux lettres semuroises.

Le Bien Public 27 février 2020